Tendance à la victimisation interpersonnelle : se considérer comme une victime


4 min lu

Dans la vie, de mauvaises choses nous arrivent à tous. L'adversité frappe à toutes les portes. Mais il y a des gens qui réagissent avec résilience et essaient de prendre en charge leur propre destin en se concentrant sur ce qu'ils peuvent changer alors que d'autres s'engagent sur la voie de la victimisation.

Le problème est que jouer le rôle de victime conduit à une attitude passive soutenue par un locus de contrôle externe. Croire que nous n'avons aucun pouvoir et nous plaindre de ce qui s'est passé nous laissera complètement à la merci des circonstances, nous faisant perdre confiance en notre capacité à aller de l'avant.


Quelle est la tendance à la victimisation interpersonnelle?

Nous pouvons tous nous sentir victimes dans certaines circonstances, notamment lorsque nous traversons des situations que nous considérons comme injustes. Cependant, lorsqu'il s'agit d'une interprétation récurrente, souvent sans rapport avec ce qui s'est réellement passé, elle peut faire référence à un schéma de pensée ou à un trait de personnalité.

Ces chercheurs définissent la tendance à la victimisation interpersonnelle comme « le sentiment constant d'être une victime, qui se généralise à différents types de relations », c'est pourquoi elle finit par déterminer notre façon de réagir au monde et, surtout, aux relations interpersonnelles.

Ce trait de personnalité a une influence particulière sur les sentiments, les pensées et les comportements que nous assumons face à des situations douloureuses de la vie. Une personne ayant tendance à être victime se sentira impuissante à réagir à l'adversité et aura tendance à rechercher des coupables externes.

Comment sont les personnes ayant une tendance à la victimisation ?

Sans aucun doute, les transgressions interpersonnelles sont désagréables et parfois même injustifiées. Mais certaines personnes sont capables de les ignorer, de les traiter et de passer à autre chose tandis que d'autres y pensent tout le temps, assumant le rôle de victimes.Grâce à une série d'études, ces psychologues ont découvert que la tendance à victimiser est liée à d'autres caractéristiques de la personnalité :

1. Manque d'empathie

Bien que les personnes ayant tendance à se victimiser revendiquent la reconnaissance de leur douleur et de leur souffrance, elles ont du mal à se mettre à la place des autres. Le manque d'empathie les empêche de se rendre compte qu'ils ne sont pas les seuls à souffrir et de comprendre les raisons possibles des autres pour se comporter d'une certaine manière.

2. Besoin de reconnaissance. 

La victime a besoin d'eux pour reconnaître son rôle. C'est pourquoi il s'agit souvent de personnes qui proclament leur douleur et leur malheur dans la vie, dans le but souvent inconscient de valider l'image qu'elles se sont faite d'elles-mêmes.

3. Ruminations. 

Les personnes ayant tendance à victimiser ont également tendance à réfléchir à leurs problèmes. Ils y pensent tout le temps, de telle manière qu'ils ne peuvent pas les surmonter, augmentant au contraire la douleur et se maintenant dans un cercle vicieux de souffrance.

4. Attachement anxieux. 

Elle se caractérise par le fait que la personne se sente en insécurité dans les relations interpersonnelles, ce qui peut être le signe que la tendance à la victimisation peut s'être développée tôt dans la vie, à commencer par la relation avec les parents.

5. Élitisme moral

Les personnes ayant tendance à victimiser ont tendance à croire que leur inconfort et leur douleur les placent au-dessus des autres, de sorte qu'elles peuvent développer une sorte de supériorité morale.

Dans l'une des expériences, les participants devaient évaluer des scénarios impliquant une autre personne les traitant de manière désagréable, en lisant un dessin animé dans lequel un camarade de classe était décrit avec des critiques négatives, ou en les faisant participer à un jeu dans lequel l'adversaire qu'il gagnait presque toujours.

Fait intéressant, dans les deux expériences, les personnes ayant une plus grande tendance à la victimisation interpersonnelle étaient plus susceptibles de vouloir se venger de toute personne qui leur avait fait du mal. Dans le cas du jeu, le désir de vengeance a entraîné un comportement agressif car les gens étaient plus susceptibles de retirer de l'argent à l'adversaire lorsqu'ils en avaient l'occasion, même s'ils étaient conscients que cette décision n'augmenterait pas leurs profits. 

.Les participants ayant une tendance à la victimisation interpersonnelle assez élevée ont également déclaré avoir vécu des émotions négatives plus intenses, révélant qu'ils ont tendance à vivre des problèmes plus intensément que les autres. De plus, ils pensaient qu'ils avaient davantage le droit de se comporter de manière immorale. 

En pratique, plus la tendance à victimiser est grande, plus ils ressentent d'émotions négatives et plus ils se sentent en droit de se comporter de manière immorale avec les autres.De manière générale, ces personnes ont tendance à interpréter les situations sociales comme s'il s'agissait d'une offense ou d'une attaque personnelle. Ils souffrent de ce que l'on appelle un biais interprétatif, qui a également un caractère projectif car ils l'appliquent avant que les événements ne se produisent, ce qui donne lieu à une prophétie auto-réalisatrice. En pratique, ils supposent à l'avance que les autres se comporteront mal envers eux, ce qui les amène à s'engager dans des comportements défensifs qui finissent en fait par générer des frictions pouvant provoquer des blessures émotionnelles.

Evidemment sortir de ce cercle vicieux est indispensable si l'on veut reprendre le contrôle de sa vie. Nous vivons tous des événements négatifs et sommes exposés à des injustices, mais si nous tombons dans le statut de victime pathologique , nous ne pourrons pas surmonter ces expériences et elles continueront à exercer leur influence malsaine sur nous. 

Arrêter d'être des victimes est, après tout, un moyen de prendre du pouvoir et de nous donner une nouvelle opportunité de surmonter ce qui a marqué notre vie jusqu'à présent.