2 min lu
Le trouble de l'humour : ce qu'il est et comment le reconnaître

Le trouble de l'humour, caractérisé par la tendance à faire des blagues ou des jeux de mots impertinents, est appelé Witzelsucht.

Bien que la plaisanterie soit bonne pour la santé, le cœur et prolonge la vie, dans certains cas, des conditions malsaines peuvent se cacher derrière un humour excessif.

La manifestation pathologique de Witzelsucht est très rare, mais il existe plusieurs rapports de cas dans la littérature qui démontrent la présence massive de ce trouble dans la société.

Trouble de l'humour : qu'est-ce que la dépendance aux blagues ?

En 1880, le neurologue allemand Hermann Oppenhein a analysé "l'addiction aux blagues triviales, excessives et souvent sarcastiques" de quatre patients souffrant de troubles de l'humour pour décrire le comportement des personnes qui font compulsivement des blagues grossières.


Le terme Witzelsucht signifie littéralement "plaisanterie et dépendance". Les personnes atteintes ont tendance à faire des blagues de très mauvais goût, pas du tout drôles et surtout déplacées.


Il ne s'agit pas d'un syndrome répertorié dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, mais d'une manifestation pathologique organique du cerveau qui affecte le lobe frontal droit.


Le trouble de l'humour peut être défini comme une obsession pour les blagues et les farces sans queue ni tête.


Trouble de l'humour : cas cliniques tirés de la littérature

Bien que la dépendance à la blague soit une affection très rare, il existe dans la littérature un certain nombre de rapports de cas cliniques qui relatent et décrivent ce trouble.
Deux chercheurs de l'université de Californie à Los Angeles ont publié des études sur des personnes souffrant de ce trouble dans le Journal of Neuropsychiatry and Clinical Neurosciences.

Ils se sont notamment penchés sur deux cas, dont le premier concernait un homme de 57 ans qui présentait des attitudes bizarres depuis environ trois ans.
Le patient était devenu un "farceur", faisant toujours des blagues ou des commentaires enfantins et riant facilement de ses propres phrases.

Cette affection lui avait coûté son emploi après une énième blague ("Qui diable a choisi cet endroit horrible ?") et un comportement répété au bureau, où il entrait dans les bureaux de ses collègues sans y être invité et défragmentait leurs ordinateurs.

Les deux chercheurs ont réalisé que le besoin excessif de faire des blagues pouvait être dû à un traumatisme cérébral, à des maladies neurodégénératives ou à une altération du lobe frontal droit.

De plus, l'équipe médicale a observé le comportement inhabituel du patient qui : "Lors d'une visite à la clinique, il a commencé à danser dans la discothèque, lors d'une autre, il a discuté publiquement de sa situation sexuelle, et lors d'une troisième visite, il a saisi la cravate de l'examinateur et celle d'un médecin qui passait par là et a commencé à les comparer". Pendant ces comportements, le patient tombait immédiatement dans une crise de rire."

Quelle est la différence entre l'humour et le rire ?


Bien que l'humour et le rire soient souvent mis dans le même sac, ces deux termes ont une origine complètement différente et reflètent des pathologies différentes :


Le rire est formé par les mouvements du visage et son trouble est souvent associé au syndrome pseudobulbaire.

L'humour, en revanche, est considéré comme une capacité cognitive qui peut être altérée par des problèmes cérébraux. Les troubles comprennent la capacité de produire des blagues ou des plaisanteries sans queue ni tête et le rire compulsif. L'hypersexualité, c'est-à-dire la tendance à faire des commentaires sexuels répétés dans des situations inappropriées, figure également parmi les symptômes les plus fréquents.

 L'exemple le plus flagrant de trouble de l'humour est la Witzelsucht.

Le paradoxe du trouble de l'humeur

Le paradoxe des personnes souffrant de ce trouble est que les sujets ne parviennent souvent pas à comprendre l'humour lorsqu'il est généré par les autres. Ils ne montrent aucune réaction, restant impassibles aux blagues extérieures.

Une explication de ce comportement pourrait être que ce syndrome affecte directement la composante cognitive responsable de la compréhension de l'humour.
Les personnes souffrant de Witzelsucht sont incapables de comprendre et de percevoir l'ampleur de la plaisanterie. 

En effet, l'équipe de recherche, en observant cette manifestation pathologique, a déclaré :
Même lorsqu'ils reconnaissent et comprennent une blague, ils ne réagissent pas efficacement par un sentiment de gaieté ou de rire.

En d'autres termes, ils ne se sentent pas la blague liée de façon humoristique à l'intrigue,  (par exemple, le burlesque et les jeux de mots) peuvent tout de même être perçues comme drôles.







Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.