2 min lu

Un voyage dans un voyage où nous visiterons des villes telles que : Abidjan , le Manhattan de l'Afrique et la plus silencieuse Lomé ; un itinéraire qui serpentera entre les sites de l'Unesco comme Grand Bassam , les plateaux du Togo, le monastère bénédictin de Dzogbegan et les interminables plages d' Assinie . Une expérience intense entre l'ancien royaume Akan de Moossou , les châteaux de boue de la vallée de la Kara et les villages construits par les Tamberma, ethnie originaire du Burkina Faso. 

Le fil conducteur sera le Cacao , un fil conducteur entre la Côte d'Ivoire et le Togo .. Il est bien connu que l'une des stratégies les plus déplorables de la colonisation européenne en Afrique à la fin du XIXe siècle était la volonté manifeste d'empêcher toute forme possible de transformation sur place des matières premières qui faisaient l'objet du commerce des colonisateurs, c'est pourquoi depuis environ 150 ans en Afrique de l'Ouest près de 80% du cacao consommé dans le monde est produit mais encore aujourd'hui beaucoup de producteurs ne connaissent pas le goût du chocolat produit avec le fruit de leur dur labeur. 

Quelque chose est enfin en train de changer, et selon actualité de l'Afrique et de Côte d'Ivoire, certaines petites entreprises ont commencé à produire du chocolat en Afrique il y a quelques années ; du vrai chocolat, celui fait "simplement" du cacao et du sucre de canne, savamment travaillés, se transforment en une matière qui a changé le destin des expériences gustatives humaines depuis des temps très anciens, un produit aux propriétés presque « divines » ! 

Ce voyage raconte des idées qui se sont concrétisées : au Togo avec ChocoTogo une coopérative d'artisans producteurs de chocolat dans la région des Plateaux togolais. En Côte d'Ivoire avec Chocoplus de la Communauté Abel ; projet international du Groupe Abele, l'association fondée par Don Luigi Ciotti à Turin en 1965. 

Ce circuit découverte de la région la plus productrice de cacao au monde se veut un hommage à la matière première, au cacao, et surtout à ceux qui croient pleinement en la possibilité de produire un cacao simple mais de bonne qualité en Afrique et sans financement de l'Occident, seulement avec l'aide de quelques techniciens motivés qui ont entrevu le terreau fertile en petites coopératives de producteurs attentifs à planter les graines du changement et du développement durable comme ChocoFair , un réseau de producteurs, coopératives et transformateurs visant à assurer un approvisionnement sûr et traçable en cacao de qualité.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.